ACTUALITÉS QUOTIDIENNES SUR LES ADDICTIONS

--- SITE MEMBRE DU RÉSEAU TOXICO QUÉBEC --- | ACCUEIL | RECHERCHE |


Semaine précédente | Billet précédent | Billet suivant | Semaine suivante| Sommaire

Consommation de drogues de synthèse : effets, risques et pistes d’intervention

Designer drugs, drogues de synthèse, drogues de raves, drogues synthétiques… autant de termes utilisés afin de traiter de ce qu’on appelle communément les nouvelles drogues. Les noms de ces substances, leurs effets, leurs dangers et leurs compositions en sont souvent venus à se confondre dans nos esprits. Or, nous verrons que ces «nouvelles drogues» ne sont pas nouvelles en soi mais que leur usage récréatif est assez jeune.

Cet usage relié au plaisir est d’abord apparu lors de grands événements festifs («Raves») mais ces drogues se retrouvent aujourd’hui plus fréquemment à l’extérieur de ce milieu. Les utilisateurs ont de plus en plus tendance à se trouver d’autres raisons afin de consommer, seul, entre amis (es) ou amoureux. Dans le présent article, nous tenterons de démystifier ce phénomène. Pour ce faire, nous débuterons par une définition des «drogues de synthèse» ainsi que des «drogues de rue» afin de rendre plus précis notre propos. Ensuite, nous aborderons quatre substances illicites (1) couramment consommées en milieu festif, les risques encourus par leur consommation, au niveau psychologique et physique ainsi que quelques pistes d’intervention.

DÉFINITIONS

Drogues de synthèse: Une drogue de synthèse est une substance qui a été synthétisée entièrement par l’être humain à partir d’une molécule synthétique. Sa structure moléculaire est facilement modifiable ce qui a longtemps permis la vente de nouvelle substance en toute légalité ou jusqu’à ce que la molécule soit identifiée puis, prohibée (contenue dans la Loi).

Dans le présent article, nous utiliserons les termes designer drugs, nouvelles drogues, drogues de synthèse, drogues de raves et drogues synthétiques de manière interchangeable pour désigner l’ecstasy, les amphétamines et méthamphétamines, le GHB, la kétamine, le nexus, le 4-PMA, le LSD, le PCP et le Rohypnol.

Pour leur part, les drogues de rue représentent toute substance se retrouvant sur le marché noir (i.e. les designer drugs, la cocaïne, l’héroïne, le cannabis, les solvants et les médicaments non prescrits). Il est important de souligner que l’illégalité des substances fait en sorte qu’aucun achat n’est garanti au niveau de sa qualité ou de sa composition. Ainsi, on retrouve souvent des substances mélangées avec différents produits; la «pureté» de la drogue varie donc d’un endroit à l’autre, d’un vendeur à l’autre, de sa provenance, du moment de l’achat, de la disponibilité et de multiples autres facteurs (2).

TYPES DE DROGUES

MDMA (Ecstasy)

Noms de rue : E, X, I, XTC, Love, Adam, MDMA.
Nom scientifique : 3,4 méthylénédioxyméthamphétamine (MDMA)
Catégorie : Hallucinogène stimulant
Coût : entre 20 $ et 40 $

L’ecstasy fut synthétisée pour la première fois en 1912 et brevetée en 1914 par la compagnie Merck. Au départ, cette substance était utilisée afin de réduire l’appétit. Par la suite, elle fut utilisée en tant que stimulant au niveau de la communication et dans le traitement de la dépression. Les effets secondaires et la répression ont eu raison de ces utilisations thérapeutiques mais plusieurs chercheurs croient encore aux vertus thérapeutiques du MDMA dans le traitement de certaines formes de traumatismes tels le viol ou un stress post-traumatique.

La consommation récréative de cette substance a connu une certaine popularité au cours des années 70 aux Etats-Unis et 80 en Europe. Ce n’est qu’au début de 1990 qu’on l’associe au phénomène rave.

Vendu sous forme de capsules, de comprimés ou de poudre, les effets du MDMA se font généralement ressentir 15 à 45 minutes (3) après l’ingestion pour atteindre un plateau après environ 2 heures. Sa demi-vie est d’une durée de 8 heures. L’ecstasy s’élimine en majorité par voie urinaire. Il semble que la tolérance à ce produit apparaisse rapidement.

Des études effectuées sur des capsules saisies prouvent que celles-ci sont très souvent composées d’autres substances telles: amphétamines, caféine, codéine, acétaminophène ou autres molécules de rapprochant de celle du MDMA (4) La consommation d’ecstasy représente un risque élevé notamment en raison des interactions possibles et de la difficulté à identifier les produits consommés (5).

Effets recherchés par le consommateur : La consommation de ce produit amène une augmentation de la capacité d’introspection, facilite l’expression des émotions, procure un sentiment d’empathie, éveille les sens et donne une certaine sensation de liberté.

Il est faux d’affirmer que l’ecstasy a des propriétés sexuelles. Au contraire, lors de la consommation, il n’est pas rare que l’individu ressente une difficulté à avoir une érection et l’atteinte de l’orgasme est plus ardu. Cependant, l’ecstasy favorise grandement les rapprochements et la sensualité des individus.

Les propriétés hallucinogènes du MDMA sont faibles sauf si la substance est consommée en très grande quantité. Ces propriétés se traduisent par une perturbation des sens (tous les sens sont intensifiés).

Prises de risques : Le contexte de consommation amène de nombreux risques. Nous les traiterons par le biais du volet des amphétamines. En effet, quoique l’ecstasy ait des propriétés stimulantes mais que son profil d’abus soit très différent de celui des amphétamines, les risques de la consommation de ces substances (6) -par rapport au contexte des raves restent semblables (quoique l’ecstasy, contrairement aux amphétamines, n’aie démontré aucune toxicité dopaminergique et même sérotoninergique chez l’humain).

Une particularité subsiste cependant quant à certaines interactions avec d’autres substances. En effet, la prise concomitante de MDMA et de Paxil® peut amener des complications graves causées par l’accumulation de MDMA. L’ecstasy (même pure) peut provoquer, entre autre, une rétention urinaire, une hépatotoxicité et une hémorragie cérébrale. Certains cas d’éclatement de la vessie ont d’ailleurs été répertoriés.

La conséquence physiologique la plus grave et la plus extrême concerne les décès. En Angleterre, 27 furent recensés et plusieurs furent conséquent à une interaction avec des facteurs environnementaux et auraient pu facilement être évités.Concernant la croyance qu’une consommation d’ecstasy puisse provoquer à long terme la maladie de Parkinson, elle fut fondée sur la publication des résultats d’une recherche effectuée sur des singes. Cependant, le chercheur qui a publié ces résultats s’est rétracté quelques mois plus tard en spécifiant avoir effectué une erreur concernant la substance utilisée (7).

Amphétamines

Noms de rue : speeds, ice, crystal…
Nom scientifique : phénylisopropylamine
Catégorie : Stimulant majeur
Coût : environ 20 $

L’application médicale de l’amphétamine fut reconnue en 1930. Cette substance est d’ailleurs encore utilisée en médecine dans le traitement de la narcolepsie et du trouble d’attention. Sa forme basique est une huile incolore et translucide qui jaunit au contact de l’air. Sous forme de cristaux, l’amphétamine est appelée ice. Sa forme salifiée est une poudre cristalline blanche à beige hydrosoluble surnommée crystal (terme faisant surtout référence aux méthamphétamines). Sa structure chimique s’apparente à celle des catécholamines (adrénaline, noradrénaline et dopamine). Sa demi-vie varie entre 7 et 14 heures lorsque l’urine est acide ; si celle-ci est alcaline, on parle de 16 à 34 heures. La substance est généralement détectable de 2 à 4 jours dans le sang. Le profil d’usage et de dépendance des amphétamines s’apparente à celui de la cocaïne et d’autres substances stimulantes.

La molécule de méthamphétamine est la plus puissante du groupe (deux fois plus que l’amphétamine car elle pénètre plus facilement la barrière hémato-encéphalique). Pour cette raison, elle est aussi la plus appréciée par les consommateurs et l’est aussi par les vendeurs puisqu’elle coûte moins cher à produire. Il n’est donc pas rare qu’on en retrouve dans ce qui est vendu pour de la cocaïne ou des speeds.

Dans les parties raves canadiens, la consommation orale semble être préférée à la voie intraveineuse ou pulmonaire. Plusieurs études épidémiologiques regroupent l’ecstasy (hallucinogène stimulant) et les amphétamines puisque la molécule de MDMA est une méthamphétamine. Les études de l’ONU et de l’OMS montrent qu’après le cannabis, les amphétamines et l’ecstasy sont les substances illicites les plus consommées et ce, avant la cocaïne et l’héroïne.

Effets recherchés par le consommateur: En milieu festif, les consommateurs de speeds recherchent surtout un surcroît d’énergie (augmentation de l’activité locomotive), une augmentation de la vigilance et une sensation de bien-être. Une fraction, un ou plusieurs comprimés sont avalés lors d’une soirée mais cette consommation est généralement entrecoupée de périodes de sobriété pouvant être assez longues. Certains effets secondaires demeurent indésirables comme une crispation de la mâchoire, une perte d’appétit, des tics faciaux et des grincements de dents. La mastication de gomme ou la prise de sucrerie telles les sucettes peuvent aider à contrecarrer certains de ces effets.

Prise de risques et prévention: Le mode d’administration d’une substance a un impact important sur le développement de la dépendance et de la tolérance chez un individu. L’injection d’amphétamine et/ou d’ecstasy, mode d’administration le plus rapide, prend de la popularité en Europe de l’Est, en Australie et dans l’ouest du Canada. On peut alors prévoir que cette pratique gagnera du terrain au Québec. Ainsi, les intervenants de troisième ligne peuvent s’attendre à une augmentation de leur clientèle ayant comme profil de consommation l’injection de drogues de raves. De plus, on sait déjà que la consommation par injection signifie une plus grande vulnérabilité face aux maladies infectieuses tels le VIH-Sida et les autres I.T.S.S et comporte aussi de plus de risques au niveau sanitaire.

L’augmentation du rythme cardiaque et de la pression sanguine qu’amène la consommation d’amphétamines et d’ecstasy demande une vigilance à l’individu, surtout lorsqu’il y combine une activité physique intense. On lui conseillera de prendre des pauses de façon régulière dans un endroit bien aéré et frais. Ces pauses seront aussi très utiles pour éviter l’hyperthermie que pourrait causer la consommation de ces substances. De plus, boire en alternance de l’eau et des substances de type «sportive» aidera à réduire le risque de déshydratation et de convulsions qui seraient dues à un manque de sel dans l’organisme.

Les jours suivants la consommation, plusieurs individus démontrent une grande fatigue et une humeur dépressive pouvant être accompagnée d’idées suicidaires. Une réduction des capacités motrices et une diminution de la mémoire sont aussi possibles. De manière plus rare et associée à la consommation de plus grandes doses, des épisodes psychotiques et de panique, des hallucinations visuelles et auditives, des délires de grandeur et de persécution, de l’hostilité et de la violence ont été rapportés. Lorsque ces effets indésirables sont vécus dans un environnement très bruyant et agité tel un rave, il est recommandé d’amener la personne dans un endroit retiré qui sera calme et non menaçant. Verbaliser à l’individu ce qu’il vit présentement et faire le lien avec sa consommation, lui annoncer les phases par lesquelles il devrait passer sera rassurant. Vérifier les signes vitaux est bien sûr un élément à ne pas négliger. Il est à noter que le consommateur développe rapidement une sensibilité aux effets paranoïdes de la substance et que l’euphorie diminue en cours d’utilisation comme avec la plupart des substances.L’abus d’amphétamines pousse l’individu à aller à l’extrême limite de ses capacités physiques. Il peut, au cours d’une période de fête de quelques jours, manger très peu et ne pas dormir du tout ce qui amène un état d’épuisement physique suite à l’arrêt et, dans la plupart des cas, une perte de poids appréciable. L’utilisation chronique d’amphétamines est souvent associée à des comportements violents. Cependant, la consommation d’amphétamines est rarement associée à des décès si la substance n’est pas consommée par voie intraveineuse. Elle aurait cependant un potentiel de neurotoxicité plus accrue que celui de l’ecstasy (surtout dans un environnement chaud et pendant une activité prolongée) et induirait plus facilement une psychose.La dépendance psychologique à ces deux substances ne serait plus à démontrer. Cependant, la dépendance physique ne fait pas l’unanimité. En effet, certains auteurs parlent d’effets de sevrage; troubles du sommeil et dépression accompagnée d’idées suicidaires.

GHB

Noms de rue : GH, liquid ecstasy, liquid X.
Nom scientifique : gamma-hydroxybutyrate (GHB)
Catégorie : dépresseur du SNC
Coût : entre 10 et 20 $

Synthétisée en 1960 par l’équipe d’Henri Laborit, le GHB se présente sous forme de poudre blanche, de capsule ou de liquide (incolore et inodore). Ce dernier a un léger goût salé et savonneux qui peut cependant être facilement masqué s’il est mélangé à une boisson. Cinq millilitres de liquide équivalent à une dose d’environ 2,5 grammes de GHB en poudre. Le GHB est une substance naturellement sécrétée par le cerveau des mammifères et sa consommation stimulerait la libération d’hormones de croissance.

Le début d’action se situe entre 5 et 30 minutes et sa durée entre 45 minutes et 8 heures. Administré seul, le GHB n’est pas détectable dans le sang ni dans l’urine après 8 heures (8). Une dépendance psychologique et physique avec sevrage, dans le cas d’un arrêt brusque d’une consommation répétée, sont existantes. Au Canada, le GHB et ses sels sont contenus dans la Loi réglementant certaines drogues et autres substances depuis novembre 2002.

Effets recherchés par le consommateur: relaxation, désinhibition et euphorie. En effet, il n’est pas rare d’entendre que le GHB permet l’euphorie de plusieurs consommations d’alcool mais à plus faible coût et sans le mal de tête du lendemain. Cette substance est aussi perçue comme une solution de rechange économique à l’ecstasy (de là son nom de rue Liquid ecstasy). Outre la relaxation, la désinhibition et l’euphorie, une consommation de GHB amène (en ordre croissante dû à une augmentation progressive de la dose): sédation, somnolence, incoordination de mouvements, hypnose, anesthésie générale, coma, mort. Les effets secondaires les plus couramment relevés sont (9): des nausées, des vomissements, de l’hypothermie, des spasmes musculaires, des difficultés respiratoires et des évanouissements. Les effets sont aggravés si un autre produit y est associé.

Prise de risques: Tel que mentionné ci-haut, les mélanges de substances sont à proscrire. En effet, une association avec un autre dépresseur du système nerveux central se traduit par une potentialisation des effets dépresseurs pouvant être fatal. De plus, une interférence sérieuse avec les antirétroviraux de la famille des inhibiteurs de la protéase utilisés dans le traitement du VIH/SIDA est existante. Ces médicaments inhibent le métabolisme du GHB ce qui occasionne une augmentation significative de la concentration sanguine de GHB. La vie du consommateur est ainsi mise en danger.

De plus, le GHB vendu sur le marché noir est souvent, dans les faits, du GBL ; précurseur du GHB. Ceci est en soi un danger parce que, ne sachant pas que sa fiole contient du GBL, l’individu peut être porté à consommer une seconde dose après quelques minutes, croyant que la première ne fait pas effet. Or, le GBL prend plus de temps à agir mais le fait tout autant! Après quelques temps, les deux doses vont s’additionner et il sera alors très difficile d’en contrôler les effets...

La consommation de GHB a aussi un impact sur la prise de risque face aux maladies infectieuses tels le VIH-Sida, les hépatites et autres I.T.S.S. Une personne sous effet du GHB, (de toute drogue de rue et d’alcool), ne prendra pas toujours les mesures nécessaires afin de se protéger contre ces infections.

Kétamine

Noms de rue : K, Ket, Vitamin K, Special KNom commercial: Kétalar ® au CanadaCatégorie : Anesthésique dissociatifCoût : 40$ à 50$ pour une fiole

La kétamine est un perturbateur du système nerveux central, utilisée comme anesthésique en médecine vétérinaire et humaine. Sa composition chimique ressemble au PCP mais sa durée d’action est plus courte soit environ de 1 ou 2 heures. Vendue sous forme de capsules, cristaux, poudre blanche et solution liquide, la kétamine est le plus souvent prisée mais peut aussi être consommée par voie orale, injectée ou fumée. Contrairement aux autres drogues, la possession de kétamine est légale (avec ordonnance médicale).

Effets recherché par les consommateurs: À faible dose, la kétamine produit un effet stimulant mais, à plus grande dose, des effets sédatifs se font sentir: pertes de sensations corporelles, voyages aux frontières de la mort. Certains consommateurs recherchent d’ailleurs ses effets anesthésique et psychédélique et provoquent des situations de type «near death experience».

Prises de risques : Au niveau physique, des paralysies temporaires («K-Hole»), des vomissements et des troubles psychologiques tels la paranoïa, de l’anxiété, des troubles de mémoire peuvent survenir selon les doses consommées. Il y a risque de dépression respiratoire, d’arrêt cardiaque et de coma prolongé lors de surdose.

CONCLUSION

Pour conclure, il faut préciser que la prévalence de consommation des drogues synthétiques est relativement faible dans la population en général (1 à 3%) mais est assez élevée en milieu festif (20 à 50%). La consommation de nouvelles drogues semble donc faire partie des mœurs d’un grand nombre d’individus. Or, encore très peu d’études ont tenté d’identifier les facteurs de risque de l’usage des drogues de synthèse et encore moins de leur abus ou dépendance. Des données scientifiques sur le profil des utilisateurs, leur milieu ainsi que leur consommation seront éventuellement nécessaire à l’avancement des programmes d’interventions auprès de ces clientèles. Il sera aussi important d’investir dans la surveillance de ce phénomène et des substances («testing») afin d’être continuellement à jour par rapport aux nouvelles tendances.

Les messages de prévention entourant le phénomène prennent toute leur importance. C’est afin de diminuer les risques ainsi que les méfaits de leur consommation que les utilisateurs doivent être informés et sensibilisés aux produits et aux pratiques qui entourent l’utilisation des designer drugs. Étant donné la composition et la dose variable de ces substances, le nouveau défi des intervenants-terrain est de faire face à l’instabilité des réactions et des effets ressentis par leurs clients intoxiqués. La prévention des maladies infectieuses et des ITSS, adaptée à ce milieu, sera aussi à développer.

AUTEURES :

  • Marie-Claude Lebrun, GRIP Montréal
  • Johanne Fradette, Cactus Montréal

Marie-Claude Lebrun est directrice générale du GRIP MONTREAL (Groupe de recherche et d’intervention psychosociale), organisme sans but lucratif, qui a comme activités principales la tenue de stands informatifs sur les psychotropes en milieu festif (raves, afterhours…) et scolaire ainsi que la formation d’intervenants-jeunesse. L’organisme met en priorité la réduction des méfaits dans sa philosophie de recherche et d’intervention.

Johanne Fradette compte plusieurs années d’expérience auprès des personnes toxicomanes et polytoxicomanes. Elle œuvre présentement à l’organisme Dopamine en tant que responsable du site Pré-Fix, lieu de distribution de matériel stérile auprès des personnes UDIs et/ou prostituées du quartier Hochelaga-Maisonneuve.


Notes de bas de page

  1. Il est à noter que plusieurs drogues légales comme l’alcool, le tabac et les breuvages énergétiques sont aussi très consommés dans ce milieu et souvent de façon concomitantes aux drogues traitées dans cet article.
  2. Une exception existe face à cet énoncé ; certains médicaments se retrouvent sur le marché noir (Ativan, Rivotril, Dilaudud, Empracet…). Ceux-ci sont produits en laboratoires pharmaceutiques et sont donc assez garantis pour ce qui est de la qualité.
  3. Dépendamment du contenu de l’estomac, le début d’action du produit peut aller jusqu’à quelques heures.
  4. Une poudre vendue sur le marché noir sous le nom de MDMA- et que l’on distingue de l’ecstasy- démontre bien la confusion qui existe par rapport à cette substance.
  5. Pour des exemples de produits retrouvés dans des comprimés d’ecstasy, visitez le site de DANCESAFE (www.dancesafe.org) sous l’onglet pills testing.
  6. Il n’est pas rare que les ravers associent leur consommation d’ecstasy à celle de speeds avec l’objectif d’augmenter encore plus leur énergie et donc, de danser plus longtemps. Cette pratique n’est pas sans risque au niveau cardiaque, entre autre.
  7. Ricaurte, G., A., J. Yuan, G. Hatzidimitriou, B.J Cord and U.D. Mc Cann. 2003, « Retractation ». Science 301 (5639) : 1479.
  8. On associe souvent GHB et drogue du viol. Or, il est important de préciser qu’un faible pourcentage des agressions sexuelles avec soumission chimique est perpétré avec le GHB. En effet, l’alcool est de loin la substance la plus utilisée dans le cas de ces agressions. Peut-être que ces données démontrent bien le fait que le GHB devient rapidement indétectable dans le sang… Quoiqu’il en soit, si vous croyez avoir été victime d’une agression sexuelle, présentez-vous à l’hôpital et demander à passer une trousse médico-légale même si cela remonte à plus de 8 heures ; rien n’assure que l’agresseur ait utilisé du GHB.
  9. Une amnésie peut suivre une consommation de GHB particulièrement si il est mélangé à l’alcool.

Bibliographie

  • Fallu, J-S., Rehm, J. et Zähringer, S. 2003. Recension des écrits sur les drogues de synthèse en Europe avec un regard de plus près en Suisse et ses pays voisins : pharmacologie, prévalence, profils, facteurs de risque, méfaits et prévention . *Rapport de l’Institut de recherche sur les addictions à l’Office fédéral de santé publique.
  • Fontaine, Astrid, Nouvelles drogues, nouveaux usages. Évolution de la consommation de substances psychoactives en France et en Europe et particularités du milieu festif., Revue Toxibase, no 4, décembre 2001, page 1-14
  • Léonard, Louis et Ben Amar, Mohamed, Les psychotropes ; pharmacologie et toxicomanie, Presses de l’Université de Montréal, 2002, 894 pages.
  • Raillard, Claude, Ecstasy et drogues de synthèse ; le point sur la question. Comité permanent de lutte à la toxicomanie, octobre 2003.
  • SINTES (Système national d’identification des toxiques et substances), Troisième ateliers européens de Pharmacodépendance, 27 et 28 octobre 2003, Paris.
  • Rouillard, Claude et Lemieux, Jean, Les nouvelles drogues de synthèse., Comité permanent de lutte à la toxicomanie, conférence du 20 novembre 2002.

www.drogue-danger-debat.org
www.dancesafe.org
www.gripmontreal.org
www.erowid.org

''Collaborateur':

Jean-Sébastien Fallu est un des membres-fondateurs du GRIP MONTREAL. Il est docteur en psychologie et professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal''.

Le site portail des toxicomanies: TOXICO INFO
Le site portail du jeu pathologique: JEU COMPULSIF INFO



Trackbacks

Aucun trackback.

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.toxicoquebec.com/actus/tb.php?id=301

Commentaires

1. Le mercredi 23 février 2005 à 14:21, par Llionne :: email

Je suis très heureuse d'avoir enfin avoir des renseignements sur les soient disant nouvelles drogues car j'ai une jeunes filles de 14 ans qui a quelques reprises me reprant en pensant tout connaître sur les drogues donc je peux à présent mieux la renseigner encore merci pour votre bon travail.C'est très enrichissant .

2. Le dimanche 17 juillet 2005 à 19:48, par EmmanuelR / Cok1 :: email :: site

Bjrs à vs ami(e)s Québècois(se), Je viens tout juste de parcourir votre Blog (je l'ai mis dans mes favoris & j'y reviendrais d'ici peu laissez mon "rapport personnel" sur toutes ses substences qui m'entoure...) J'ai participer au "Teknival de Mariny" ainsi qu'à de nombreux autres rassemblement de "Teufeurs"! Je fais partis du "milieu de la nuit Parisiens" & d'ailleurs si quelqu'un peut m'indiquer les "bons coins" (discothèques, clubs, pub...) sur Québec / Montréal car j'y vais pour le jour de l'an (voir + si j'y trouve une résidence!?) Merci d'avance... de toute facon : à très bientôt (j'ai des trucs a dire encore) & bonne continuation à vous !!!
"EmmanuelR" le "Cok1"

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.

Semaine précédente | Billet précédent | Billet suivant | Semaine suivante| Sommaire

..

TOXICO QUÉBEC actualités est le premier site francophone d'actualités de type "blog" consacré uniquement aux addictions: toxicomanies (drogue, alcool); gambling...

La création de Toxico Québec Actualités répond à une demande croissante d'informations «grand public» crédibles et indépendantes sur tout ce qui touche aux addictions et à une volonté d'organiser cette information afin qu'elle soit facile d'accès. Il s'agit d'un média (sites web) indépendant et alternatif. Les positions et opinions critiques y sont non seulement les bienvenues, mais aussi encouragés. N'hésitez donc pas à commenter les billets (articles de fond, dépêches, communiqués de presse, etc.) que vous y trouverez....  Alain Dubois, éditeur


Au Québec le pourcentage de toxicomanes du jeu (joueurs compulsifs) se situe, selon les études, entre 2.1% et 5% alors qu’il n’y a que 0.9% de toxicomanes (drogues illicites) et 1.9% d’alcooliques...


POINT DE MIRE (DOSSIER)

LE DÉMÉNAGEMENT DU CASINO DE MONTRÉAL AU CENTRE VILLE »»


 

 LA MONDIALISATION DES INDUSTRIES DU SEXE de Richard Poulin -Suit

    

 LE LIVRE NOIR DE LOTO-QUÉBEC de Pierre Desjardins -Suite»

 L'ENVERS DE LA PILLULE de Jean-Claude St-Onge  -Suite»

 radioblog

RADIO - Fiona Apple - Extraordinary Machine

Écoutez en exclusivité un des meilleures albums de l'année!
Pour en savoir plus sur cet album -cliquez ici
.
radioblog

GAMBLING

Autrefois marginal au sein de la population québécoise, le jeu pathologique est devenu, depuis la légalisation (monopole d'État) des loteries vidéo et des casinos, un grave problème de société. Selon des recherches indépendantes près de 5% des Québécois souffriraient de cette terrible dépendance. Ce pourcentage grimpe à près de 40% chez les joueurs de machines à sous et d'ALV. L'entourage des gamblers est aussi particulièrement concerné puisque cette addiction dont souffre un des leurs a, le plus souvent, de graves conséquences sur eux... Paradoxalement, la légalisation des loteries vidéo et des casinos a eu, en terme de santé publique, des conséquences dramatiques. Des gouvernements et politiciens peu soucieux du bien commun et manquant d'éthique sont responsables de ce grave bris du contrat social qui les lient à leurs citoyens....


DROGUES & TOXICOMANIES

La consommation de drogues est un phénomène de société qui remonte presque à la nuit des temps. Si anciennement les drogues étaient consommées dans des circonstances bien délimitées (rituels, fêtes), aujourd'hui plusieurs d'entre elles sont consommées quotidiennement par un pourcentage important de la population: café, tabac alcool, cannabis, etc.  Certaines drogues sont légales et d'autres pas... Le statut juridique de celles-ci n'est pas nécessairement en lien avec leur dangerosité... Ainsi, l'alcool est une des drogues la plus associée à des décès accidentels (ex.: alcool au volant, accident de travail) ou criminels et à un nombre très important d'actes de violence (ex.: meurtres;  violence conjugale; viol, bagarre, etc.).

Contrairement à ce qui est souvent véhiculé, toutes les drogues peuvent entraîner une dépendance physiologique si elles sont consommées régulièrement et à une fréquence rapprochée... Cette dépendance peut prendre plusieurs formes, mais elles ont toute en commun d'amener une modification de l'équilibre neurochimique du cerveau... Un équilibre qui, pour un consommateur régulier, peut prendre plusieurs mois avant de revenir à la normale!

Et le cannabis...

Alors que la consommation de tabac a été presque diabolisée par les pouvoirs publics, la consommation de cannabis a été l'objet de bien peu d'attention... Et ce, à un tel point qu'ainsi banalisé sa consommation s'est largement répandue. Actuellement, il est davantage consommé que le tabac chez les jeunes … On dit souvent que le cannabis est une drogue douce… Est-ce le cas ? Le café et le tabac sont des drogues douces, mais un produit dont l’agent psychoactif, le THC, se retrouve à un taux de concentration se situant entre 20% à 40% n’est assurément pas une drogue «douce»... Le cannabis entraîne non seulement une dépendance mais aussi une altération du jugement et du processus de décision ainsi qu’une diminution de la motivation, de l'attention, de la concentration et de la mémoire court terme. La marijuana iest aussi un véritable poison puisque la quantité de goudron que l'on y trouve est 50% plus importante que dans les cigarettes ! L'inhalation profonde de la fumée telle que le pratique ses usagers en accroît d'autant les méfaits sur la santé. (N.B. On peut considérer le cannabis et le tabac comme des drogues très nocives sans être prohibitionniste☺)


LE WEB LIBRE...

ORGANISATION MOZILLA

Mozilla est un ensemble de logiciels internet libre de droit comprenant entre autres un navigateur web, une application de messagerie électronique (e-mail) et un calendrier (agenda). Mozilla est un logiciel libre (donc sûr, gratuit et sans pub) et respectueux des standards. En savoir plus sur Mozilla >> ICI

ORGANISATION "OPEN OFFICE"

Open Office est une suite bureautique complète: traitement de texte; tableur; logiciel de présentation (PPS); base de données offrant une compatibilité MS-Access; éditeur de formules mathématiques; logiciel de dessin vectoriel et de retouche d’images; éditeur de diagrammes; éditeur de pages web... et une aide en ligne très complète entièrement en français. En savoir plus sur Open Office >> ICI

MUSIQUELIBRE

CONFORSTAND : Une communauté de musiciens (dont RS Stevie Moore) qui offre de télécharger gratuitement leur album (pochette incluse) libre de tout droits!  Pour ces artistes  l'écoute de la musique est un besoin qui ne doit pas être assimilé à un privilège... En savoir plus sur  CONFORTSTAND >> ICI - Aussi : Mgnatune ; Opsound ; Dmusic

CREATIVE COMMONS (musiques, images, textes, etc. sous licence libre de droits)

Disponibles sur internet, les licences Creative Commons ont déjà conquis un bon nombre d'auteurs. Ces licences leur permettent de mettre leurs créations numériques (textes, photos, sons, etc.) à la disposition de ceux qui souhaitent les utiliser, sous certaines conditions. La principale d'entre elle stipule que l'utilisation de l'oeuvre par son "emprunteur" ne doit pas poursuivre de but commercial. En savoir plus sur  CREATIVE COMMONS >> ICI

FRAMASOFT

Un excellent annuaire du logicels libre... 800 d'entre-eux y sont répertoriés par rubrique... En savoir plus sur  FRAMASOFT  >> ICI

 

Météo

  • Montreal (19°C)
  • Paris (10°C)
  • Brussels (11°C)
  • Casablanca (21°C)

Catégories

  • ÉDITORIAUX
  • JEUX HASARD et ARGENT
  • DÉPÊCHES JEUX HASARD et ARGENT
  • TOXICOMANIE
  • DÉPÊCHES TOXICO
  • SANTÉ
  • DÉPÊCHES SANTÉ
  • SOCIÉTÉ
  • COMMUNIQUÉ DE PRESSE
  • ÉVÈNEMENTS
  • CYBER DÉPENDANCE +
  • GAMBLING (english)
  • AUDIO / VIDÉO
  • ÉTUDES & STAT.
  • ARTS & CULTURE
  • ETC....

Manchettes SRC

  • 20/09 17:46
    Le Quartette se penche sur l'avenir de la bande de Gaza, après le retrait d'Israël
  • 20/09 11:37
    Irak: Londres défend l'assaut de la prison de Bassorah pour libérer deux de ses soldats
  • 20/09 19:01
    Les employés des CPE manifestent contre la réforme des centres en milieu familial
  • 20/09 12:43
    Schizophrénie: une étude montre que tous les traitements actuels se valent
  • 20/09 17:05
    Un portail pour la baladodiffusion francophone
  • 20/09 16:48
    Le jeu vidéo qui fait pleurer

Manchettes LE MONDE

  • 20/09 15:08
    Nucléaire iranien : l'Union européenne propose de saisir le Conseil de sécurité
    Les Européens ont accusé l'Iran de "violer" ses obligations et demandé à l'exécutif de l'AIEA de saisir le Conseil de sécurité de...
  • 20/09 15:02
    L'hypothèse d'une coalition sans Schröder ni Merkel se renforce
    Les partis allemands doivent engager, mercredi, des négociations. Selon le quotidien "Bild", Gerhard Schröder serait prêt à céder sa place à un...
  • 20/09 13:54
    Guy Effeye ne sera pas expulsé vers le Cameroun
    Guy Effeye, un jeune Camerounais de 19 ans menacé d'expulsion, est sorti libre, mardi après-midi, du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis).
  • 20/09 08:41
    Billet retour pour la Lune à 104 milliards de dollars
    L'agence spatiale américaine a rendu public, lundi 19 septembre, son plan pour envoyer quatre astronautes sur notre satellite, à partir de 2018, près de...

Powered by RSSReader

Calendrier

« février 2005 »
lunmarmerjeuvensamSoleil
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28

Archives

  • septembre 2005
  • août 2005
  • juillet 2005
  • juin 2005
  • mai 2005
  • avril 2005
  • mars 2005
  • février 2005
  • janvier 2005
  • décembre 2004
  • novembre 2004
  • octobre 2004
  • septembre 2004

À retenir

  • Un casino à Pointe St-Charles: Le Cadeau de Grec
  • Belle arnaque
  • Les citoyens du sud-ouest de Montréal rejettent le déménagement du casino dans leur quartier
  • TRANSFERT DE 1500 ALV VERS LES HIPPODROMES - Les experts en santé publique pas rassurés
  • Une ex croupière brise l’omerta et dénonce les astuces des casinos pour déplumer les clients...
  • Loto-Québec fête ses 35 ans en grand
  • Les "mensonges" de Loto-Québec et de son président et directeur général Alain Cousineau
  • C'est la loterie vidéo et non le joueur qui crée la dépendance - Selon le rapport d'un scientifique
  • Femmes esclaves des bordels du Bangladesh - Reportage photo de Shehzad Noorani
  • L'opium deviendrait-il la religion du peuple ?
  • Dépénaliser le cannabis ? Un débat conditionné...
  • Jeunes et marijuana : Au Canada, les jeunes se procurent plus facilement du cannabis que du tabac !
  • Santé publique : Les appareils de loteries vidéo (ALV) se retrouvent en plus grand nombre dans les quartiers pauvres !

Langues

  • en
  • fr

Derniers référants

    • bezzaf.over-blog.com
    • www.google.ca
    • bezzaf.over-blog.com
    • www.google.ca
    • images.google.fr

Syndication

  • fil rss
  • fil rss commentaires
  • fil atom
  • fil atom commentaires

Derniers Commentaires

  • 20/09: lebla - Les prostituées marocaines en Fra..
  • 20/09: diwan - Les prostituées marocaines en Fra..
  • 17/09: jah - Le Maroc est le troisième pays pr..
  • 15/09: GostSn - Deux morts au cours d'un party ra..
  • 08/09: alice - Cannabis : une question de cultur..

En ligne

3 personnes connectées

Libre & gratuits